Trois fêtes se télescopent à la Toussaint

Entre le 31 octobre et le 2 novembre trois fêtes se succèdent et sont souvent confondues dans l’esprit des gens. Y a-t-il une différence entre la Toussaint et la fête des morts, d’où vient-elle ? Et Halloween dans tout ça ?

Cimetière parisien d'Ivry 3
Cimetière parisien d’Ivry (Laure Etienne)

A la Toussaint, les catholiques célèbrent les saints et les martyrs. A cette occasion le 1er novembre est d’ailleurs férié dans les pays de tradition catholique comme la France, à l’inverse des pays à majorité protestante comme l’Allemagne. Cette fête chrétienne ne trouve pas son origine dans les textes bibliques à la différence de Noël, Pâques et la Pentecôte. Selon Jacques de Voragine (archevêque de Gênes au 13ème siècle), la Toussaint fut instituée par l’Eglise pour commémorer la consécration d’un temple, pour suppléer aux omissions des saints oubliés, pour expier les négligences et enfin pour faciliter l’accomplissement des vœux des croyants. Cette fête célèbre les morts non dans la tristesse mais dans la joie. En 610, le pape Boniface IV la fixe au 13 mai. C’est le pape Grégoire III qui, au VIIIème siècle, la déplace définitivement au 1er novembre. En 835, Grégoire IV ordonne que cette fête soit célébrée dans le monde entier et Pie X qu’elle soit chômée avec obligation d’entendre la messe.

Le 2 novembre, les chrétiens commémorent la fête des morts. Au VIIème siècle, les moines commencent à célébrer une messe pour les morts de leur ordre au lendemain de la Pentecôte. En 998 le jour de la fête des morts est fixé au 2 novembre par le monastère bénédictin de Cluny, pratique qui s’étendra aux autres monastères puis aux paroisses desservies par le clergé séculier. Rome inscrit ce jour de commémoration sur le calendrier de l’Eglise universelle au XIIIème siècle. C’est donc uniquement pour des facilités d’emploi du temps et par la proximité sémantique entre la sainteté et la mort que la plupart des gens honorent leurs défunts le 1er novembre.

Quant à Halloween, célébrée le 31 octobre, il s’agit de la fête celtique de Samain qui marquait la fin de la période claire allant du 1er mai au 31 octobre et le début de la période sombre allant du 1er novembre au 30 avril. On exorcisait ainsi la crainte inspirée par les longues nuits et le froid propices aux fantômes et au retour des esprits. Ce n’est donc pas par hasard que le christianisme qui a calqué la plupart de ses fêtes sur des fêtes païennes, a choisi le 1er et le 2 novembre pour célébrer les saints et les morts.

Les siècles ont progressivement dilué l’origine historique, l’originalité et la spécificité de chacune de ces trois fêtes. Halloween n’est plus que l’occasion pour les enfants de récolter des friandises, et pour les commerçants de décorer leurs vitrines avec des citrouilles. La Toussaint et la Fête des Morts ne forment plus qu’un seul et même moment, celui où les tombes refleurissent.

Morgane Ciret

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s