L’Allemagne, l’Europe et l’humanité

Au-delà de la difficulté récurrente à construire un projet commun en Europe, la crise migratoire reflète dorénavant la difficulté, plus inquiétante encore, à préserver une valeur fondatrice. 

L’Allemagne, l’Europe et l’humanité
Revue de Presse de Louis Belin (Elise Amchin)

C’est l’unanimité dans les media allemands ce matin : l’urgence est là, et la responsabilité est européenne. L’Allemagne, elle, assure ne plus pouvoir assumer la plus grande part de cette responsabilité. Alors que des dizaines de milliers de réfugiés reçoivent dans le pays un accueil chaleureux depuis plusieurs jours, Berlin franchit un nouveau palier dans le récent infléchissement de sa politique d’asile. Le 13 septembre, Thomas de Maizière, ministre allemand de l’Intérieur, décide de fermer « provisoirement » les frontières du pays, suivant les propos relatés par la Welt.

Le lendemain, les ministres de l’Intérieur européens échouent à se mettre d’accord sur la mise en place de quotas, pourtant vivement encouragée par Berlin. Le temps est venu de faire « pression » sur les partenaires européens, selon l’expression du ministre de Maizière à la chaîne de télévision allemande ZDF. Le ministre suggère aujourd’hui de réduire les fonds communautaires pour les pays opposés à l’accueil de réfugiés, reprenant une idée de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

L’Allemagne sous pression

A n’en pas douter, les événements récents en Allemagne sont pour quelque chose dans cette annonce. L’homme politique bavarois Christoph Hillenbrand affirmait dans le Tagesspiegel du 12 septembre que la ville de Munich avait atteint « les limites de ses capacités d’hébergement ». Pour rappel, la seule journée du 12 septembre, la ville enregistrait l’arrivée de près de 15 000 réfugiés.

Ce matin, le quotidien Bild relate que « les premiers passagers de train sans documents officiels ont été arrêtés par la police allemande ». Pour préserver le principe de libre circulation, et en même temps pour ne pas laisser l’Allemagne seule responsable, le rythme des réunions européennes doit s’accélérer.

La ZDF, qui dresse un comparatif accablant des réunions sur la crise migratoire et sur la crise financière en Grèce, indique que « les chefs d’Etat ne se sont rencontrés qu’une seule fois » pour parler de la crise migratoire. C’est dire l’égoïsme de l’Union sur un sujet d’abord humanitaire. Si l’Union n’accueille pas les réfugiés, c’est en effet le « noyau » de l’identité européenne qui risque de disparaître : l’humanité.

L’Europe divisée

Pour la Zeit, la réunion interministérielle du 14 septembre a échoué à cause des « esprits étroits » en Europe. Il faut entendre par là les pays de l’Est opposés à l’instauration de quotas à l’échelle communautaire. Ces pays refusent d’avoir leur part des 32 000 demandeurs d’asile qui faisaient l’objet des négociations lundi soir – sur un total de « 120 000 demandeurs d’asile recensés par la Commission européenne ». « Ce qui est en jeu, rappelle l’hebdomadaire, c’est Schengen et la libre circulation des personnes en Europe ». Suivant l’« exemple » allemand, la République tchèque, l’Autriche ou la Finlande ont déjà rétabli les contrôles à leurs frontières.

Le Spiegel, quant à lui, a préféré s’attacher, toujours sur le thème de la crise migratoire, à un autre événement ce matin, à Luxembourg. La Cour de justice européenne vient en effet d’autoriser l’Etat fédéral à ne pas verser d’aide sociale ni d’allocation chômage, même pour les réfugiés ayant déjà travaillé sur le sol allemand. Cette décision pourrait trouver un large écho dans le pays, et donner des raisons supplémentaires aux citoyens, plus présents sur le terrain, d’aider les nouveaux arrivants. Elle devrait surtout permettre à la chancellerie d’accroître encore un peu plus la pression sur Bruxelles, cette fois moins sur le plan de l’accueil que sur celui de l’intégration des réfugiés – les deux urgences allemandes, les deux urgences européennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s